Guide d’achat du First 18

Guide d’achat du First 18

Le First 18 réserve peu de surprises en occasion, tellement la qualité de construction était bonne(*) . Néanmoins quarante plus tard, quelques points sont à vérifier :

  • Le safran (cette problématique est commune à tous les bateaux !) et la tige de safran (tube plein d’inox qui peut être tordue, mais c’est une pièce très facilement remplaçable, certains propriétaires en ayant plusieurs en stock !)
  • Le mécanisme de quille : autant la partie responsable de la rotation de quille n’a aucun défaut connu autant la partie trouée sur la quille relevable qui permet au système de manivelle de relever la quille est souvent fragilisé avec les années (sans être une généralité non plus). Le plus simple est de mettre le bateau sur bers et de descendre la quille au maximum. Une simple vérification visuelle permet de voir son état.
  • Le davier avant : là aussi, cela dépend de l’utilisation du bateau, mais sur quelques unités, la partie du davier en aluminium moulé qui retient l’étai est fragilisé au niveau du trou. Là aussi, pas de grandes difficultés pour vérifier ce point. En cas de fissurations, un renfort sur la platine est relativement simple à mettre en œuvre.
  • Le pied de mat : d’origine, il existe deux grandes familles de pied de mat soit la coupole, soit la version sport. A vérifier, mais les problèmes sur ce point sont hyper rares.
  • Le vit de mulet : les bômes d’origine avec le vit de mulet muni d’une boule possèdent très souvent du jeu (c’est peu de le dire!). Cela se bricole un peu. A noter que la fabrication en petite série de cette pièce est à l’étude au sein de l’AP First 18.
  • La coque / osmose : les cas connus sont plutôt en deçà de la moyenne des bateaux de cet âge là. Mais cela peut arriver.
  • L’étanchéité intérieure / contre-moulage. Il se peut qu’il y ait quelques fuites provenant de la baille à mouillage ou du cockpit. Très facilement réparable (résine et polyester ou sika), et pas courant non plus.
  • Les haubans : aucun cas connu, mais cela étant un paramètre important d’un voilier, un examen visuel est malgré tout nécessaire tant sur les cadènes de pont, des haubans eux mêmes que les fixations sur le mât.
  • Le vaigrage : au bout de 40ans, sur certaines unités, le vaigrage d’origine se décolle. Rien d’étonnant ! Remplaçable par un nouveau vaigrage ou une peinture dite anti-condensation ou du liège projeté.

En résumé, mis à part les vérifications approfondies sur le safran et l’œillet de relevage de la quille… peu de désordres pour une unité aussi âgée ! En cas de doutes, n’hésitez pas à nous questionner sur le Forum de l’AP First 18 ou sur Club House AP First 18 Facebook !

(*) anecdote croustillante : un First 18 sur remorque participant au salon nautique dans les années 1980, s’est détaché de sa remorque et a fait une glissade d’une centaine de mètres sur l’autoroute. Parait-il qu’il avait été exposé tel quel pour montrer la qualité de construction !