Est ce qu'un moteur de 2.5 CV suffirait?
  • CROC-MIGNON
    Messages : 390
    Enregistré le : mer. 10 oct. 2012 20:32

    Re: Est ce qu'un moteur de 2.5 CV suffirait?

    par CROC-MIGNON » jeu. 5 mars 2015 20:08

    Je viens de faire moultes essais la semaine dernière avec des Honda 2,3 arbre long et arbre court sur une chaise à parallélogramme qui descend bien.

    Hauteur:
    Il faut un arbre long sinon l'hélice peut sortir de l'eau dans les vagues ou avec un équipier lourd à l'étrave préparant le mouillage.

    Puissance:
    Je m'interrogeais, mais je ne m'interroge plus, c'est largement suffisant.

    J'atteins 5,6 noeuds avec trois équipiers de bon gabarit et l'armement, soit un bateau dépassant la tonne en ordre de marche, contre un vent de force 4. C'est presque la vitesse limite de coque. Comme cette vitesse limite ne peut pas être dépassée sans déjauger, ce qui supposerait bien plus de 5 ou 6 cv, une puissance délirante qui endommagerait le tableau ou la chaise sans parler du poids mal placé, il est inutile d'augmenter la puissance, cela ne servirait qu'à brasser de l'eau et consommer davantage de carburant.

    De la puissance pour lutter contre un courant est une erreur de raisonnement fréquente. Le bateau se déplace sur l'eau, pas sur le fond. On ne lutte pas contre un courant. Imaginons le bateau à 6 noeuds, le maximum possible au moteur quel qu'il soit. Si le courant est inférieur à 6 noeuds, on avancera ; égal à 6 noeuds, on sera sur place ; plus de 6 noeuds, on reculera. Pour "lutter" contre le courant de 6 noeuds, il faudrait naviguer plus vite, 7, 8 ou 9 noeuds, mais c'est impossible sans déjauger le bateau avec une énorme puissance. Comme le petit moteur permet d'atteindre presque 6 noeuds, il est suffisant.

    De la puissance pour lutter contre le vent, là c'est intelligent. Le vent de face est un frein indépendant du courant. Avec le Honda, je dépasse largement les 5 noeuds contre un vent de face de 18 noeuds, donc cela me suffit. Je n'ai pas fait l'essai contre des vents plus forts, voire très forts, 30 noeuds ou davantage. Jusqu'à quelle limite de vent va-t-on sortir au moteur ? Cela vaudrait le coût de faire un essai.

    De la puissance pour lutter contre les vagues, c'est aussi intéressant. L'onde qui fait planter le bateau le freine et l'arrête Cela n'a absolument rien à voir avec le courant. Dans une vague en mer, pas une déferlante sur la plage, les molécules d'eau montent et descendent sur place. C'est le système d'ondulation qui freine, pas un courant lequel est un déplacement horizontal des molécules d'eau. Mes essais ont eu lieu sur eau plate puis avec des creux d'environ 50 cm, ce qui secoue déjà un peu. Mais je n'ai pas fait d'essais par forte houle ou clapot important et abrupt.

    Et il n'y a pas que la puissance. Contre les vagues et le vent, c'est plutôt du couple qu'il faut. Il sera majoré, à puissance égale, avec une cylindrée plus forte, un régime plus lent et une hélice de plus grand diamètre.

    Un point pratique des gros moteurs est la présence d'un inverseur. Sur les petits, c'est la marche arrière par retournement. Cette praticité se paye cher en poids, prix et consommation.

    Après avoir testé et comparé Tohatsu 4 temps 6cv (le même monocylindre que les 4 et 5cv) avec inverseur et arbre long, Suzuki 2 temps 4cv avec inverseur et arbre long, Mariner 2 temps 2,5cv à prise permanente et arbre court, Honda 4 temps 2,3cv et arbre long, j'ai sélectionné le Honda.

    Le Honda est à refroidissement par air, donc à la l'abri d'une insuffisance de dessalage. Il y a bien un refroidissement par eau de l'échappement, mais même s'il est défectueux, le moteur ne cassera pas. Les gaz à la poignée évitent, contrairement à des gaz par curseur sur le capot, de faire l'acrobate par dessus bord en marche arrière. L'embrayage centrifuge permet un point mort sans avoir une manette à manipuler, on gagne du temps et de la praticité pour les marches arrières par retournement. Le poids est très léger et l'appétit digne d'un moineau.

    Avis aux amateurs, le Suzuki est en vente. Il marche à la perfection, bien entretenu et fraichement révisé.

    Le moteur idéal pour cette taille de bateau, qui n'existe pas, avis aux constructeurs qui nous liraient, serait un monocylindre 3cv 4 temps de 75cm3, arbre long, inverseur, pesant entre 15 et 17kg. La perfection serait pour l'inverseur, non pas une poignée distincte des gaz mais une double commande sur la poignée de gaz : point mort au milieu, marche avant en essorant dans un sens, marche arrière en essorant dans l'autre sens. Dans mon club de voile, nous avons eu un 8cv 2 temps avec une telle poignée, donc cela existe, c'est possible.

    J-M

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité